la fibromyalgie et la sophrologie

cet article encourage les méthode snaturelles  pour gérer la douleur liée à la fibromyalgie

l'interview a été fait près d el ^résidente d el'association nationale des fibromyalgiques

Fibromyalgique elle-même, Nadine Randon veut sortir les malades de leur isolement

 

dimanche 20.02.2011, 05:24 - La Voix du Nord

 Nadine Randon est la présidente de l'association nationale FibromyalgieSOS.

|  LE VISAGE DU DIMANCHE |

Cette Villeneuvoise de 60 ans est depuis octobre 2009 la présidente de l'association nationale FibromyalgieSOS. Attachée à soutenir les personnes souffrant de cette maladie méconnue, et qui laisse encore des médecins sceptiques, elle vient de mettre en place des séances de sophrologie à la Cousinerie.

PAR VIRGINIE BOULET

villeneuvedascq@lavoixdunord.fr PHOTOS « LA VOIX »

Des troubles du sommeil, importants, puisque les malades ne connaissent pas la phase de sommeil récupérateur de vives douleurs dans les tendons, les muscles, les articulations une fatigue extrême chronique une absence de réaction à la morphine, aux traitements à base de cortisone et aux anti-inflammatoires... Ce sont quelques-uns des signes avant-coureurs de la fibromyalgie, maladie neurologique qui touche près de 3 millions de personnes en France. Pour Nadine Randon, la maladie a été diagnostiquée en 2000. « Mais j'en souffrais depuis l'enfance . explique l'ancienne attachée de préfecture. À 10 ans, pour apaiser mes douleurs, on m'a fait faire de la gymnastique corrective. À 15 ans, un jour, je n'ai pas su me lever puis à 23 ans, j'ai fait une chute sévère. qui m'a immobilisée plusieurs mois. Ce sont les situations de stress qui déclenchent la maladie. Une chute en est une, tout comme les opérations chirurgicales. Or, j'en ai subi sept... ». L'homme est ainsi fait que naturellement, il évacue le stress. Pas les fibromyalgiques. « Si on ne prend pas garde à éviter les situations à risque, explique Nadine Randon, le système de gestion du stress arrive à saturation, et là, c'est fini, la maladie est installée ».

Une maladie dont on ne guérit pas, pour lequel il n'y a pas de traitement spécifique, mais qui se soigne notamment par l'absorption d'antidépresseurs et d'anti-épileptiques. À prendre cependant pour une courte période, car les fibromyalgiques sont des hyper-sensibles, et subissent plus que d'autres les effets secondaires. Heureusement, des traitements non-médicamenteux ont démontré leurs effets, comme la balnéothérapie, le soutien psychologique, le yoga, parfois l'acupuncture et l'ostéopathie, mais aussi la relaxation et la sophrologie. D'où l'accueil positif que Nadine Randon a réservé à Marie Flaust quand elle lui a proposé ses services. Installée à Neuville-en-Ferrain, cette sophrologue est une ancienne infirmière et à ce titre, elle a été en contact avec des « fibro ».

Pas facile de trouver un endroit où pratiquer. Le centre social de la Cousinerie a prêté une oreille attentive à la présidente de Fibromyalgie SOS. Et un créneau a été trouvé au LCR Le Cygne, rue du Colibri, le jeudi, de 15 h à 16 h. À l'avenir, l'association pourrait imaginer des horaires plus accessibles pour les malades qui peuvent encore travailler. « Mais l'intérêt est que ces séances sont abordables, insiste Nadine Randon. Car beaucoup de fibromyalgiques ont des problèmes financiers ». Dus au fait qu'une partie du corps médical ne veut toujours pas entendre parler de ce que l'OMS a pourtant reconnu comme une maladie à part entière, certes récemment : en janvier 2006. Pendant longtemps, les symptômes ont été associés à l'hystérie féminine... « Pour se faire rembourser à 100 %, comme pour les dossiers d'invalidité, c'est parfois un parcours du combattant. Tout dépend du médecin conseil, précise Nadine Randon, qui accompagne souvent des malades dans leurs procédures. Certains pensent qu'on simule pour ne plus travailler. Il y a des malades qui ne sont plus en état de le faire, mais comme ils ne sont pas reconnus comme malades, ils deviennent chômeurs. Il y a des situations de désarroi terrible. » Actuellement, la piste génétique est explorée. Elle pourrait expliquer pourquoi chez les Amish, il y a beaucoup de malades. « Or, fait remarquer Nadine Randon, ils n'ont pas la Sécu. Quel intérêt auraient-ils à s'inventer des maux ? » •

www.fibromyalgiesos.fr n° indigo : 0820 220 200 (7j/7, de 10 h à 23 h).



21/02/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres