cerveau méditation sophrologie

Lors des pratiques de sophrologie, nous sommes conduits à nous mettre en retrait, nous tenir à l'écart de notre cadre habituel : rester silencieux, centré sur soi et sa respiration , à l'écoute de ce qui se passe dans le corps : sensations, émotions, pensées ; accueillir ce qui se vit sans jugement – être dans le simple constat de ce qui se produit .  Il ne s'agit pas de comprendre ce qui se passe – c'est le domaine de l'intelligence qui analyse, décortique en vue d'agir etc.) mais simplement  de faire l'expérience dans l'instant ici et maintenant , c'est à dire accueillir la réalité et la laisser nous habiter, nous imprégner.  Peu à peu , par une pratique régulière, nous observons  des changements à travers de nouvelles, attitudes. Le regard posé sur soi et les autres devient plus bienveillant souvent  . Une présence à soi s'installe  et une plus grande présence à l'autre  en découle

 Cette présence à soi  se rapproche de la méditation

Je vous soumets cet article relatif à la méditation  qui explique clairement les effets de la méditation - cette assise silencieuse de l'homme - sur son cerveau et son bien être 

 Marie-Christine

 

La méditation agit sur le cerveau


Une équipe de chercheurs de l'université du Wisconsin à Madison a démontré l'effet positif de la méditation sur le développement du cerveau

 

Une longue pratique de la méditation entraîne des modifications physiques dans le cerveau, selon une étude réalisée sur des moines bouddhistes. L'équipe de chercheurs de l'université du Wisconsin à Madison a comparé un groupe de dix étudiants volontaires novices en méditation, âgés d'une vingtaine d'années, à des moines formés dans la tradition tibétaines ayant de 10.000 à 50.000 heures de pratique dans cet exercice spirituel et dont l'âge médian est de 45 ans.

Alors que les groupes pratiquaient une méditation visant à engendrer un état "de compassion et d'amour pour le prochain", les chercheurs ont constaté avec des électro-encéphalogrammes, « une très forte augmentation des ondes à haute fréquence gamma » chez les moines bouddhistes alors que le changement a été modeste chez les étudiants. Ces ondes, dont on pense qu'elles signalent l'activité des neurones, les cellules nerveuses, sont associées à une activité mentale intense. Dans tous les tests l'activité mentale des moines a été nettement plus intense que celle dans le groupe de novices.

De plus, le groupe de chercheurs a observé le cerveau des sujets avec un système d'imagerie par résonance magnétique qui a également montré une activité nettement plus élevée chez les moines bouddhistes que chez les étudiants. L'activité dans la partie préfrontale gauche du cortex cérébral, le siège des émotions positives, était intense chez les moines en méditation, submergeant l'activité de la partie droite de leur cortex, centre des émotions négatives et de l'anxiété. Les résultats de cette étude laissent à penser que le cerveau comme le reste du corps pourrait être intentionnellement modifié physiologiquement tout comme l'exercice physique accroît le volume musculaire, ont estimé ces chercheurs.

(Frédéric Serrière :extrait  revue apprendre à apprendre janvier 2012)



07/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres